Les Meilleurs ennemis - une histoire des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient – Tome 1 : 1783-1953

 

Auteurs

Informations éditoriales

Sortie

25 août 2011

Titre

Les Meilleurs ennemis - une histoire des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient #1

Titre de l'album

1783-1953

Editeur

Futuropolis

Reliure

Broché

Catégorie

BD

Commentaire Digibidi

C’est par une parabole sur l’aspect inéluctable des conflits qui secoueront l’Occident et le Moyen-Orient, que David B. et Filiu introduisent leur récit. La mise en image d’un des plus anciens textes retrouvés à ce jour, qui raconte comment pour défendre la paix de son pays, la sécurité de son peuple et garantir les espoirs de l’humanité toute entière, un roi décide, contre l’avis des anciens et des dieux, de partir combattre le démon Houmbaba, qui surement un jour n’aurait pas manqué de mettre en péril leur monde. Au passage et accessoirement, il aura aussi pu récupérer des troncs d’arbres gigantesques qui manquaient à la finition de son temple…
Pendant des siècles, pirates chrétiens et musulmans se sont affrontés en Méditerranée. À la fin du 15e siècle, profitant de la dynamique des conquêtes ottomanes, les Musulmans prennent le dessus. Au 16e, leur flotte subit une écrasante défaite et c’est la fin de leur entreprise de conquête du bassin méditerranéen. En revanche, au cours des 17 et 18e siècles, les navires français, espagnols et anglais, toujours dans une volonté d’expansion de leur empire, poursuivent cette guerre de course. À la fin du 18e, ces trois grandes puissances navales signent des traités en échange de tributs. Les pirates musulmans se rabattent alors sur de plus petits états comme le Danemark, la Hollande et… l'Amérique, devenu récemment un état indépendant.
À peine nés, les Etats-Unis sont donc en conflit avec des pays situés à des milliers de kilomètres de chez eux. Toutes les premières négociations échouent. En 1803, Jefferson, troisième président des États-Unis, en obtenant du congrès les moyens matériels et législatifs, pense faire céder définitivement le pacha de Tripoli. C’est l’inverse qui se produit, la Libye appelle toutes les autres régences, à la guerre sainte contre les Américains !
Ce n’est quand 1830, avec nombre de traités signés, que prendra fin la piraterie barbaresque en Méditerranée. Débutent alors les enjeux et tractations pétrolières, dont l’accord stratégique entre le président Roosevelt et le roi d’Arabie Saoudite Ibn Saoud, et le coup d’état américain en 1953, en Iran, contre Mossadegh…